ContactsPresseHistoires d’altoDiscographie et vidéosBiographieActualitésAccueil

Luciano Berio (1925-2003)
Chemins II (su Sequenza VI) (1967)

Chemins II est une des œuvres de Berio que Pierre Boulez aime le plus, et qu’il dirige d’ailleurs volontiers. Sans doute réunit-elle en effet des caractéristiques qui lui sont chères : dépassement des limites admises de la virtuosité, prise de risque entre l’engagement physique total de l’interprète et sa nécessaire maîtrise du déroulement musical, jeu de masques aussi dans une œuvre qui sonne parfois comme la somme de dix concertos, et où la partie d’alto solo est par endroit submergée par les neuf instruments, jeux de chausse-trappes aussi, dans une œuvre conçue comme une étude sur la répétition d’une même séquence harmonique, mais où ces répétitions sont prétexte à maintes bifurcations, à des présentations rétrogrades ou tronquées de la séquence de base, tout un jeu compositionnel qui révèle une œuvre à entrées multiples. Chemins II est de surcroît une œuvre où se dévoilent certaines ambiguïtés propres à l’alto : sa dualité ancien/moderne par exemple, avec le caractère résolument contemporain et conquérant du trémolo initial, se laissant très lentement gagner par la résurgence d’un jeu plus « classique », jusqu’à la poignante nostalgie de la phrase finale, le trouble aussi, né de sa tessiture médium, qui le prédispose à voir son timbre parfois absorbé par l’ensemble instrumental, quelques unes des ambiguïtés en somme, qui fascinèrent une personnalité comme Pierre Boulez, ainsi qu’en témoignent Éclats/Multiples ou Le marteau sans maître.

Christophe Desjardins,
texte de présentation du disque Voix d'alto, Aeon (AECD 0429)